Rebondissement dans l’affaire Puigdemont. L’Espagne abandonne le mandat d’arrêt international

Le gouvernement Espagnol vient de retirer les mandats d’arrêt européens concernant l’ex  président catalan  Carles Puigdemont, candidat aux élections du 21 décembre, et quatre de ses ex-ministres régionaux qui avaient fui ensemble en Belgique, a rapporté ce mardi la Cour suprême du pays. Expliquant qu’ils avaient manifesté leur désir de rentrer en Espagne.

Le 20 Octobre dernier les responsables catalans sur invitation du gouvernement Belge, s’étaient expatriés après la proclamation d’indépendance de la catalogne, le 27 Octobre. Cette dernière ayant été jugée illégale par le pouvoir en place. Manifestement la décision du juge du Tribunal suprême a pris tous les protagonistes de court, une source bruxelloise la jugeant même « absurde et incompréhensible ».

 

Le retrait du mandat d’arrêt va permettre d’éviter que l’affaire soit traitée par plus d’une juridiction européenne, a rapporté le tribunal. Ce rebondissement inattendu a créé la surprise, mais cette affaire ne fais que se pérenniser. Il faut rappeler dans cette affaire que ses anciens ministres catalans qui, eux, sont restés en Espagne, seront jugés pour l’ensembles des délits qui leur sont reprochés.

La raison évoquée pour laquelle le gouvernement Espagnol a retiré le mandat d’arrêt international, est que  les personnes concernées ont manifesté le désir de rentrer en Espagne.

Par ce tour de passe passe, la justice espagnole empêche Puigdemont d’internationaliser sa cause. Les cinq inculpés « ont manifesté l’intention de retourner en Espagne pour y exercer des mandats électoraux » en se portant candidats aux élections régionales.