Lancement d’une plateforme d’assistance aux victimes de cybermalveillance

Pour accompagner et guider les victimes de cybermalveillance (attaques informatiques de type rançongiciel, hameçonnage…), le Gouvernement a lancé il y a quelques semaines  la plateforme cybermalveillance.gouv.fr external link .

 

 

Les victimes d’actes de cybermalveillance sont encouragées à déposer une plainte, auprès des services de police et de gendarmerie qui se sont adaptés au traitement de tels contentieux.

Toutefois, elles doivent également pouvoir être orientées vers un service d’assistance au traitement de l’incident informatique à l’origine de l’acte de cybermalveillance.

Dispositif expérimenté de juin à octobre 2017 dans les Hauts-de-France, la plateforme Cybermalveillance s’adresse désormais à tous, aux particuliers, aux entreprises et aux collectivités territoriales pour les assister gratuitement dans leurs démarches.

Incubée par l’Agence nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information (ANSSI) et pilotée par le ministère de l’Intérieur, la plateforme a pour objectifs :

  • la mise en relation numérique des victimes avec des prestataires de proximité susceptibles de restaurer leurs systèmes
  • la mise en place de campagnes de prévention et de sensibilisation à la sécurité du numérique
  • la création d’un observatoire du risque numérique permettant de l’anticiper

Le site propose deux parcours, un premier pour les victimes d’acte de cybermalveillance et un second pour les prestataires de services de proximité :

  • les victimes seront mises en relation avec des prestataires de proximité susceptibles de les assister grâce à un parcours permettant d’identifier la nature de l’incident
  • les prestataires de toute la France souhaitant proposer leurs services peuvent d’ores et déjà s’enregistrer sur la plate-forme