La « rente immobilière » : mythe et réalités

« Je transformerai l’ISF en impôt sur la rente immobilière. J’exonérerai tout ce qui finance l’économie réelle.« 

 

Cette annonce de campagne du candidat Emmanuel MACRON laisse entendre que l’immobilier constituerait une forme de patrimoine improductive permettant à ses détenteurs de bénéficier d’une « rente » à l’inverse des valeurs mobilières qui contribueraient à la croissance de l’économie « réelle » et devraient voir leur taxation allégée.

 

Albéric DE MONTGOLFIER

Dans son rapport d’information, Albéric DE MONTGOLFIER a examiné cette notion de « rente immobilière », du point de vue de la rentabilité des investissements en logement,  de l’évolution des prix du marché immobilier et de la fiscalité qui leur est applicable, en présentant des exemples types, mettant en avant des résultats qui permettent de démonter un certain nombre d’idées reçues.

 

 

 

Il formule des préconisations de nature à répondre aux vrais enjeux du marché immobilier en termes de lutte contre la rétention foncièred’accès à la propriété, et d’équilibre entre mobilisation du parc ancien et construction neuve.

Ces travaux sont le préalable à l’examen du projet de loi de finances pour 2018 et notamment des dispositions relatives à la transformation de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) en impôt sur la fortune immobilière (IFI).