CATALOGNE : le parlement déclare l’indépendance

La proposition de Junts pel Yes et de la CUP se fait au scrutin secret et avec l’absence de l’opposition

 

Le Parlement a approuvé, par 70 voix pour, dix contre et deux abstentions, la proposition de Junts pel Yes et de la CUP qui propose de déclarer l’indépendance et d’ouvrir un processus constitutionnel qui qui met fin à la rédaction et à l’approbation de la constitution de la république  » . Le texte exhorte également le gouvernement à déployer la loi de transition. L’opposition était absente lors du vote.

Le scrutin secret a été approuvé à la fois par la Coupe et les Junts Pel Yes, dont le porte-parole, Roger Torrent, a appelé à un vote par appel nominal afin d’éviter de nouvelles poursuites pénales, suite à un avertissement des services juridiques que le texte ne pouvait pas être voté parce que la loi dans laquelle il est tenu est annulée par la Cour constitutionnelle.

 

pogdemon

 

En plus des députés de Junts pel Si et CUP ont participé au vote les 11 députés de la Catalogne Oui Que Es Pot, dirigé par Joan Coscubiela, qui ont voté non. Tous ont montré leur vote sauf les trois de Podem, Albano Dante Fachín, Joan Giner et Àngels Martínez Castells qui ne l’ont pas enseigné.

Avant que le vote se produire, le président du Parlement, Carme Forcadell, a lu la proposition ensemble oui: « Dans ce qui vient de décrire, nous avons mis en place la République catalane en tant qu’Etat indépendant et souverain de droit, démocratique et social », a-t-il dit.

Comme hier, le président de la Generalitat, Carles Puigdemont, n’est pas intervenu en séance plénière le vendredi et a été le porte parole ensemble pour oui, Marta Rovira (ERC), qui a critiqué sévèrement la CFP.PP.

Les citoyens veulent intervenir et les institutions démocratiques , avaient voulu à rejeter le dialogue et ont imposé une majorité au Congrès et il n’y a pas au Parlement (47 députés sur 135, bien que non  partis d’indépendance l’ emportent sur les souverainistes en pourcentage de vote).

 Le député les blâme de ne pas avoir expliqué les effets de 155 et de torpiller systématiquement tout débat, puis de dénoncer la violation de leurs droits. « Lady Arrimadas: demande aux policiers en civil d’arrêter de courir après nous, » a dit Rovira en veillant à  faire des photos en accompagnant sa fille à l’ école.

 

 

Carles Riera, vice-CUP, a déclaré que le Parlement donnera un « historique » pour commencer la fin du régime de 1978 et l’étape de la monarchie de Bourbon. « Il est temps pour les gens. Nous autodeterminamos à l’Etat et aux oligarchies catalanes «a déclaré le député qui a dit que la Catalogne ne dispose pas encore des structures de l’Etat et devrait donc commencer le processus constitutionnel avec un contre catalan contre-force » le pouvoir de l’État autoritaire.

 « Nous voulons une république hôte. Et nous voulons une étreinte tendre pour ceux qui veulent un monde meilleur, quelle que soit leur identité. Et nous nous élevons et la tête haute. Ni agenouillée ni sujets. Comme les gens les livres et ils sont effrayants. Aujourd’hui est un jour heureux. Visca la terra! « Conclut-il.

« Quand les gens sont venus, pas de structures de l’Etat pour construire la république d’en bas, de l’auto-organisation des municipalités, et pour tout ce que nous affirmons aujourd’hui que le Parlement prennent le résultat du 1er Octobre et le vote sur les propositions de résolution et déclarer que la Catalogne est un Etat indépendant comme une république « , a déclaré le porte-parole CUP, Carles Riera, qui a commencé son discours en rappelant aux dirigeants des entités souverainistes, ANC et Ònnium, Jordi et Jordi Sànchez Cuixart, emprisonnés pour une infraction présumée de sédition.

La proposition de Junts Pel Yes et CUP offre l’ouverture d’un processus constitutif qui  se termine avec la rédaction et l’approbation de la constitution de la république et exhorte le gouvernement à déployer la loi de transition.

 Le texte fixe un délai de 15 jours pour la constitution d’un «conseil consultatif du processus constitutif» et pour convoquer les élections constituantes une fois toutes les phases du processus terminées. 

Selon des sources de Junts pel Oui, avant le début de la plénière,le texte ne fournit pas la déclaration et le vote de l’indépendance, bien que l’exposé des motifs indique: « Nous constituons la République catalane, en tant qu’Etat indépendant et souverain, de droit, démocratique et social », citant la déclaration signée par les députés séparatistes après la session plénière du 10 octobre.

Le COPS, le PP et les citoyens avaient déjà annoncé que leurs adjoints quitteraient l’hémicycle si la proposition était votée.

 Malgré le rapport contre les services juridiques de la Chambre, le Bureau parlementaire a accepté la proposition. Un peu plus tôt, il est apparu que  le bureau du procureur général prévoit une plainte pour un crime de rébéllion contre les membres du bureau au cas où ils admettraient une déclaration d’indépendance.

Le dernier point du texte encourage les conseils municipaux à «promouvoir les débats constitutifs au niveau local en promouvant la participation de la société civile, en facilitant les ressources et les espaces propres nécessaires au développement correct du débat citoyen».

Ils affirment qu’il n’est pas nécessaire de voter explicitement l’indépendance de la Catalogne parce que, selon eux, cela a déjà été voté les citoyens dans le référendum illégal du  1 octobre. Ces sources insistent sur le fait que ce qui devrait être voté aujourd’hui sont les «conséquences» de la mise en œuvre des résultats du référendum.