Vietnam : suite au passage du typhon Khanun, les équipes d’Aide et Action se mobilisent

72 personnes ont déjà perdu la vie au Vietnam suite au passage du typhon Khanun, qui provoque, depuis une semaine, les plus graves inondations que le pays ait connu depuis des années.

 

 

À travers le Vietnam, plus de 30 000 maisons ont été submergées, et parmi elles, plus d’un millier ont été détruites. La population doit faire face aux coupures d’électricité, aux évacuations de dernière minute, et aux déplacements forcés par le désastre.

À Hoa Binh, province montagneuse au sud-ouest de Hanoi, cette situation est aggravée par la grande précarité des minorités ethniques locales. Celles-ci vivent principalement de la production de riz – malheureusement, des milliers d’hectares de terre agricole ont été inondés et rendus inutilisables, mettant leur vie en danger.

 

Hoa Binh

« Une école Aide et Action et sa cuisine ont été totalement détruites, laissant 200 enfants dans le besoin »

« Parmi les trois communes où nous intervenons à Hoa Binh, l’une d’entre elles, Doan Ket, a été fortement touchée par les inondations. En plus des maisons détruites, une école maternelle a été réduite à néant. 80 enfants se rendaient sur les lieux de cette école pour aller en classe.

L’école abritait aussi une cuisine, qui permettait de préparer des repas pour 200 enfants de quatre écoles aux alentours. Ces enfants font face à des besoins urgents de nutrition et d’éducation », explique Tu Nguyen, Directrice d’Aide et Action au Vietnam.

Les équipes d’Aide et Action Vietnam sont déjà mobilisées sur le terrain pour apporter leur soutien aux enfants en détresse et à leurs familles.  Les 80 enfants qui fréquentaient l’école détruite ont été placés temporairement dans d’autres classes, où le problème de la nourriture et de la surpopulation se pose déjà.

 

 

« Nous avons un besoin urgent de mettre à disposition du matériel de cuisine, de la nourriture, des chaises et des tables, pour faciliter l’accès à la nutrition pour tous.

D’autre part, pour que l’éducation puisse continuer, nous devons impérativement délivrer des fournitures scolaires pour pallier la destruction des livres, cahiers, manuels et crayons. Il faut également mettre en place une école temporaire, solide et sécurisant, non loin des lieux de l’école détruite.

Les enfants touchés vivant loin des autres écoles cesseront ainsi de prendre des risques inutiles pour aller en classe, en passant par des sentiers escarpés et glissants, » ajoute Tu Nguyen.

« À terme, il faudra se tourner vers l’avenir et reconstruire une école et une cuisine »

« L’école détruite ne pourra pas être reconstruite dans l’état, car l’on craint une nouvelle inondation dévastatrice venant d’une montagne qui fait face à la zone d’intervention. À terme, il faudra construire une nouvelle école, ainsi qu’une nouvelle cuisine qui fonctionnera comme fournisseur alimentaire des écoles aux alentours.

 L’expertise d’Aide et Action en matière d’éducation, notamment de la petite enfance, et sa bonne implantation à Hoa Binh seront mises à contribution.