ALLEMAGNE : graves incidents à Garmisch-Partenkirchen

Lutte de rue, vandalisme et agression sexuelle: le maire de la pittoresque ville de ski allemande demande de l’aide pour s’attaquer à une «vague explosive de criminalité de réfugiés»
  • Le chef de la police a déclaré que les réfugiés étaient désormais en charge à Garmisch-Partenkirchen
  • Combats décrits et comment les Africains ont pris la relève dans le complexe d’Abrams
  • Le maire Sigrid Meierhofer a invité la Bavière à intervenir dans la ville
  • Elle dit que «l’ordre public et la sécurité» sont en danger sans une action rapide 

Le maire allemand a supplié d’intervenir sur la « situation explosive » provoquée par une vague de crimes de réfugiés dans la ville de ski pittoresque.

 

 

La police affirme que les réfugiés se bagarrent dans les rues et vandalisent les biens publics à Garmisch-Partenkirchen, et les résidents affirment qu’ils sont responsables d’agressions sexuelles graves.

Dr Sigrid Meierhofer a écrit sur les «problèmes massifs» dans une lettre demandant l’aide de la politicienne bavaroise Maria Els, qui a été divulguée à la presse. 

 

Crime ou la peur du crime dans la jolie ville Barvarian a conduit à un si grand nombre d'appels de résidents inquiets au maire de la ville Dr Sigrid Meierhofer, photo, elle a été obligée d'écrire une lettre demandant de l'aide pour essayer de calmer ce qu'elle appelle «situation explosive» 
 Dr Sigrid Meierhofer (photo) a écrit sur les «problèmes massifs» causés par les réfugiés dans une lettre demandant l’aide de la politicienne bavaroise Maria Els, qui a été divulguée à la presse
 

Le centre Abrams , un ancien site de l’armée américaine qui abrite actuellement environ 250 demandeurs d’asile, affecte également le tourisme et la santé des résidents, affirme-t-elle.

 

Le centre Abrams

La mairesse, du parti SPD de centre gauche, dit qu’elle devra prendre des mesures ‘pour assurer la sécurité et l’ordre public après une série d’affrontements publics avec la police.

Le centre d’Abrams, un ancien site de l’armée américaine qui abrite actuellement environ 250 demandeurs d’asile, affecte également le tourisme et la santé des résidents, affirme-t-elle.

 

 

« Il y a eu une aggravation de la situation ces dernières semaines autour du centre d’enregistrement Abrams », écrit le maire, dans ce qui était considéré comme un appel à l’aide.

L’année précédente, elle était principalement occupée par des familles syriennes mais aujourd’hui, environ 150 des habitants sont des Africains, dont 80% sont des jeunes hommes non accompagnés.

Le maire Meierhofer indique clairement que les occupants actuels du bâtiment sont devenus «problématiques» et se dit de plus en plus préoccupé par «l’ordre public».

Des couvre-feux sur les migrants qui pénètrent dans certaines zones, comme le parc thermal de la ville, ont été mis en place ces dernières semaines.

Les policiers ont réagi à plus d’incidents au cours des six dernières semaines dans et autour du centre qu’au cours des 12 derniers mois réunis.

 

Maria Els

La lettre a été écrite à la politicienne bavaroise Maria Els 

Le chef adjoint de la police, Thomas Holzer, a récemment déclaré: «Les migrants sont responsables», comme il a décrit les affrontements constants avec les demandeurs d’asile au centre.

Il a continué: «Il y a des bagarres, des bagarres et des dégâts matériels. Les migrants occupent les meilleurs endroits wi-fi, choisissez qui dort dans quelle pièce.

« La situation est un problème pour nous et suscite des inquiétudes. En septembre, nous avons enregistré le quart de nos opérations annuelles.

Les récidivistes du centre ont été transférés dans les 11 autres établissements de la région, mais les problèmes persistent.

Les médias sociaux locaux parlent gravement des agressions sexuelles de la pire espèce qui se déroulent dans le centre d’hébergement, mais Holzer a dit qu’il ne pouvait pas le confirmer.

Frau Meierhofer a expliqué dans sa lettre que les plaintes des locaux s’accumulaient et qu’elles n’étaient pas d’extrême droite ou d’autres groupes extrémistes. 

Elle écrit: «Ils nous expriment leurs épreuves et leurs tribulations. D’énormes problèmes avec les réfugiés à Garmisch-Partenkirchen », selon le journal local Merkur  https://www.merkur.de/.

Un fonctionnaire local a été indigné que la lettre, et le chef adjoint de la police, aient identifié les Africains  pour avoir causé le problème, disant que les « stéréotypes » étaient inacceptables.

Mais le bureau du maire a insisté sur le fait qu’elle le disait tel qu’il est, pas comme le voudraient les bureaucrates d’ailleurs.

Plus d’un million de réfugiés et de migrants sont venus en Allemagne en 2015 seulement, déclenchant un débat houleux qui a vu la chancelière Angela Merkel subir d’immenses pressions.