Tout sur les néobanques

Avec leurs comptes faciles à ouvrir, en une poignée de minutes, les néobanques font de plus en plus d’adeptes en France, malgré des limites de fonctionnement et des tarifs parfois étonnants.

Pas de découvert ; pas de chéquier ; pas de dépôts de chèques et d’espèces ; pas d’épargne ou de crédit, etc. Avant de pouvoir se présenter comme une alternative crédible aux banques traditionnelles, les néobanques  ces services sur mobile développés hors du monde bancaire traditionnel  devront étoffer leur catalogue.

Ces limites cantonnent dans l’immédiat leur usage à celui de compte secondaire. Ce qui ne les empêche pas de trouver leur public parmi les étudiants et les consommateurs en quête de comptes dédiés aux loisirs, aux achats en lignes ou aux voyages.

Auprès des usagers fichés à la Banque de France aussi, en l’absence de découvert possible. En contrepartie, leurs cartes sont à autorisation systématique, ce qui peut en limiter l’usage dans quelques cas de plus en plus rares.

 

Quatre leaders en France

Du point de vue tarifaire, les néobanques se situent à mi-chemin entre les banques en ligne et les banques traditionnelles : un peu plus chères que les premières (mais sans conditions d’accès), plus avantageuses que les secondes (mais avec un catalogue de produits beaucoup moins fourni).

Toutes affichent une promesse : ne faire payer à l’utilisateur final que ce qui représente un coût pour elles. Dans les faits toutefois, elles n’ont pas toutes la même manière de mettre en œuvre ce credo. Résultat :

certaines lignes tarifaires généralement gratuites sont payantes chez eux et inversement.

Pour mettre en évidence les particularités tarifaires des néobanques, nous avons décortiqué les brochures des quatre leaders du marché français, en nous limitant à leurs offres de base (1) :

  • Compte Nickel, filiale de BNP Paribas, lancé début 2014, 600 000 comptes actifs environ ;
  • Revolut, lancé en juillet 2015, 150 000 clients revendiqués en France ;
  • N-26, lancé en décembre 2015, 110 000 clients environ ;
  • C-zam, filiale de Carrefour Banque, lancé en avril 2017, pas encore de chiffres communiqués.
Des frais de fonctionnement

Contrairement aux banques 100% en ligne, dont l’usage au quotidien est gratuit pour ceux qui remplissent les conditions d’accès, les comptes de paiement des néobanques affichent des frais de fonctionnement. Avec des nuances.

Chez Compte Nickel et C-zam, on paye à l’ouverture du compte puis régulièrement pendant la durée de vie du compte. Le coffret Compte Nickel, incluant la carte bancaire à autorisation systématique, est facturé 20 euros en bureau de tabac. Puis chaque année, à la date anniversaire de l’ouverture, il faut à nouveau régler 20 euros.

Chez C-zam, l’achat initial de la box est de 5 euros, auxquels s’ajoutent un euro de frais de fonctionnement par mois.

Pas de frais récurrents chez Revolut, mais un coût initial : l’envoi de la carte coûte 6 euros, voire 20 euros en urgence.

Chez N26, enfin, l’envoi de la carte est offert et l’usage du compte gratuit, à condition d’effectuer au moins 9 paiements par carte bancaire sur trois mois calendaires – c’est-à-dire de date à date.

Dans le cas contraire, 8,70 euros de frais sont prélevés. Pour résumer, N26, qui comme les autres tire une part importante de ses revenus des commissions interbancaires perçues à chaque paiement par carte de leur client, fait payer l’inactivité du compte.

 

Frais de fonctionnement Coût à l’ouverture Coût récurrent Frais de non utilisation
de la carte
N26 Gratuit Gratuit Jusqu’à 8,70 € par trimestre
Revolut 6 € (frais de livraison de la carte) Gratuit Non
Nickel 20 € 20 € par an Non
C-zam 5 € 1 € par mois Non
Banques traditionnelles Gratuit 23,81 € par an en moyenne (frais de tenue de compte) (30 € au maximum en cas de compte inactif)
Banques en ligne Gratuit Gratuit (le plus souvent) Oui, dans certaines banques en ligne
Une alimentation possible par carte bancaire

Centrées sur le mobile, les néobanques ne gèrent ni espèces, ni chèques. Pour alimenter le compte, le moyen le plus courant est le virement, gratuit dans les 4 enseignes.

Chez C-zam et Revolut, il est également possible d’alimenter le compte par carte bancaire, une solution qui a l’avantage de l’immédiateté. Elle est gratuite chez le premier, mais peut être payante (1% du montant) chez le second si votre carte bancaire est un peu ancienne ou à débit différé.

Le Compte Nickel est quant à lui le seul à accepter les dépôts en espèces, dans les bureaux de tabac. Un service facturé 2% du montant déposé.

 

Alimentation du compte Par carte bancaire Par virement En espèces
N26 Gratuit
Revolut Gratuit par carte de débit ; 1% par carte de crédit Gratuit
Nickel Gratuit Frais de 2% du montant
C-zam Gratuit Gratuit
Banques traditionnelles Gratuit Gratuit
Banques en ligne Gratuit
Des retraits souvent payants

Faire payer ce qui représente un coût pour elles : c’est, nous l’avons vu, le credo des néobanques.

C’est le cas avec les retraits d’espèces dits « déplacés » – c’est-à-dire effectués dans le distributeur d’une autre enseigne . Une opération qui donne lieu au paiement par la banque du porteur de la carte d’une commission interbancaire de retrait.

Dans le cas des néobanques, il n’y a évidemment pas de réseau de DAB. Comme chez les banques en ligne 100% en ligne.

Mais contrairement à ces dernières, les néobanques n’offrent pas sans frais l’accès au cash à leurs clients. Chez Compte-Nickel, chaque retrait coûte ainsi 1 euro, et 0,50 euro chez un buraliste agréé.

1 euro, c’est aussi le prix du retrait avec une carte C-zam, sauf dans les DAB Carrefour Banque ou BNP Paribas, où ils sont gratuits. N26 et Revolut, de leur côté, appliquent un principe de franchise.

La première fait payer 2 euros le retrait à partir du 6e par mois. La seconde facture une commission de 2% du montant retiré au-delà des 200 premiers euros par mois.

A l’inverse des retraits, les paiements par carte rapportent de l’argent à la banque du porteur de la carte, via la commission interbancaire de paiement (ou d’interchange). Ils ne donnent donc pas lieu à facturation.

 

Opérations en zone euro Retraits au distributeur Paiements par carte
N26 2 € (5 retraits mensuels gratuits) Gratuit
Revolut 2% du montant retiré (gratuit pour les premiers 200 € par mois) Gratuit
Nickel 1 € (ou 0,50 € dans les points Nickel) Gratuit
C-zam 1 € (gratuit dans les DAB Carrefour Banque ou BNP Paribas Gratuit
Banques traditionnelles 1 € hors enseigne (4 retraits mensuels gratuits, le plus souvent) Gratuit
Banques en ligne Gratuit Gratuit
Des paiements en devises avantageux

Le paiement international à faible coût, c’est un des principaux arguments commerciaux des néobanques, et un des principaux points de différenciation avec les banques traditionnelles, qui font généralement payer une commission proportionnelle au montant du retrait, voire parfois une commission fixe.

Dans ce domaine, Compte Nickel est un peu en retrait par rapport à ses concurrentes.

La filiale de BNP Paribas facture 1 euro chaque paiement effectué en devises, et 2 euros chaque retrait. N26, Revolut et C-zam, eux, ne prennent aucune commission, ni fixe, ni proportionnelle, sur les paiements.

Il existe toutefois une différence entre ces trois acteurs, qui concerne le taux de change. N26 et C-zam laissent en effet MasterCard, avec qui ils travaillent, s’occuper de la conversion, à un taux fixé par ce réseau et revu une fois par jour ;

Revolut, de son côté, applique le taux de change interbancaire, c’est-à-dire le taux que les banques s’appliquent pour échanger des devises entre elles.

Mis à jour en temps réel, il est beaucoup plus favorable, promet la néobanque londonienne. En revanche, au-delà de 6 000 euros de change par mois, ou quand les marchés de change sont fermés (notamment le week-end), une commission supplémentaire de 0,5% (voire plus pour certaines devises comme le rouble russe) est facturée.

En ce qui concerne les retraits, Revolut applique le même principe dans et en dehors de la zone euro : 200 euros de franchise puis une commission de 2% du montant retiré.

N26, de son coté, perçoit une commission de 1,70% dès le premier euro. C-zam, enfin, opte pour un commission fixe de 1 euro par retrait, quel que soit son montant.

 

Opérations en devises Taux de change Retraits au distributeur Paiements par carte
N26 Taux Mastercard 1,70% du retrait Gratuit
Revolut Taux interbancaire 2% du montant retiré (gratuit pour les premiers 200 € par mois) Gratuit (jusqu’à 6 000 € de change par mois, 0,50% au-delà ainsi que le week-end)
Nickel Taux Mastercard 2 € par retrait 1 € par paiement
C-zam Taux Mastercard 1 € par retrait Gratuit
Banques traditionnelles Taux Mastercard ou Visa De 2 à 8 € (pour un retrait de 100 €) De 2 à 7 € (pour un achat de 100 €)
Banques en ligne Taux Mastercard ou Visa de 1,95% à 2% de 1,95% à 2%