ALLEMAGNE : La poste va tester des camions de livraison autonomes

Le fabricant de processeurs graphiques Nvidia va équiper de camions électriques  la Deutsche Post DHL dès 2018. L’enjeu : mettre au point des camions de livraison autonomes.

 

Y a-t-il encore un pilote dans le camion de livraison ?

Peut-être plus pour longtemps. A l’occasion du salon GPU Technology Conference Europe, qui se tient cette année à Munich en Allemagne, le fabricant de semi-conducteurs Nvidia, qui développe des solutions électroniques pour véhicules autonomes, a annoncé un partenariat avec la Deutsche Post DHL.

L’enjeu : équiper progressivement de sa solution Nvidia Drive PX les 3.400 camions électriques StreetScooter du livreur allemand, à partir de 2018.

 

Des calculateurs graphiques à la tête d’une armée de capteurs
Danny Shapiro

Pour concevoir un véhicule entièrement autonome, capable de conduire seul dans toutes les circonstances, il faut être en mesure « d’analyser des quantités colossales de données en temps réel », explique Danny Shapiro, Senior Director de la division automobile de Nvidia.

 

 

 

D’où l’intérêt des GPUs (processeurs graphiques, dont la firme américaine a fait sa spécialité), particulièrement bien adaptés aux applications de machine learning

« C’est un véritable cerveau à la tête du véhicule, qui va pouvoir intégrer toute une gamme de capteurs sur le véhicule : caméras, lidar, radar… » Un précédent partenariat entre l’équipementier allemand ZF et Nvidia avait déjà donné naissance à la plate-forme ZF ProAI début janvier 2017. De quoi permettre l’apprentissage de la voiture à partir de son environnement, tel que perçu par ses capteurs.

 

 

L’enjeu est ainsi d’apprendre aux camions de la Deutsche Post à définir seuls leur itinéraire à partir d’une adresse d’arrivée, et à se garer en toute autonomie en attendant qu’un être humain récupère leur chargement.

 

 Pour le livreur allemand, c’est l’occasion de résoudre le problème du dernier kilomètre, auquel se heurtent les transporteurs depuis longtemps.

 

 

Jensen Huang,

En effet, il est paradoxalement plus coûteux d’assurer la livraison de proximité (« du dernier kilomètre ») que de faire voyager les produits sur de grandes distances d’un centre de logistique à un autre. « Nous pensons que des véhicules autonomes dotés d’une IA permettront de résoudre ce problème de la livraison de proximité », assure Jensen Huang, fondateur de Nvidia.

 

Une conduite autonome… d’abord simulée sur datacenter

Point commun entre ces voitures auto-apprenantes et les jeux vidéo : la simulation d’un environnement de conduite, en 3D.

Autrement dit, pas question de lâcher ces véhicules autonomes directement sur la route et de les laisser réaliser leur apprentissage machine uniquement en conditions réelles.

 

 

L’environnement routier sera ainsi soigneusement modélisé au sein d’un datacenter à partir de cartes et de photographies. C’est cette modélisation physique qui permettra l’apprentissage des réseaux neuronaux, avant qu’ils soient embarqués dans de vrais véhicules.

 « La Deutsche Post s’est d’ores et déjà équipée d’une solution Nvidia DGX-1 pour son data center afin d’entraîner les modèles de deep learning qui seront utilisés sur les camions », a annoncé Nvidia. 

source science et avenir