Les CRS quittent leur hôtel et sont remplacés par des migrants qu’ils avaient expulsés

Les faits se sont produit mardi 19 septembre, des centaines de migrants ont été évacués d’un campement sauvage de Puythouck, à Grande-Synthe, suite à la décision du ministre de l’Intérieur Gérard Collomb.

 

Tout avait été prévu pour reloger les migrants et L’Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii) avait informé que plus de 400 places d’hébergement avaient été prévues dans les centres d’accueil et d’orientation (CAO) 

C’est dès le retour de leur mission, que  la CRS 16 a été surprise de trouver comme voisins de chambre les migrants du camp évacué, et comme si cela ne suffisait pas, ce sont les CRS qui ont dû s’en aller tête basse et laisser leur place. 

 

Témoignage d’un des CRS

C’est à partir d’un message posté par l’association des policiers en colère, que cette information a été diffusée:

« Après 14 heures de service, on apprend avec stupeur qu’un bus de migrants interpellés par nos soins arrive dans notre hôtel, dans nos chambres. Il nous est demandé de quitter nos chambres. Oui oui les amis. On se fait virer par les migrants. Nous sommes dans l’attente d’un hôtel ». Tels sont les propos recueillis sur via l’association en question.