Espagne : le gouvernement envoie des forces de police en catalogne

Madrid envoie des forces de police en Catalogne pour empêcher la tenue du référendum. Le ministre de l’Intérieur, Joaquim Forn, a procédé à l’envoi de plus d’agents pour la Catalogne dans l’intention de l’Etat de limiter l’action de la police régionale.

 

Le Conseillé d’Intérieur de la Generalitat, Joaquim Forn , est convaincu que le gouvernement central prépare une « intervention secrète » par les Mossos d’Esquadra sur la base d’une loi de 1986.

 

Joaquim Forn

Forn envisage d’envoyer des renforts de police Le ministre de l’Intérieur, Juan Ignacio Zoido , l’a informé par lettre.

Juan Ignacio Zoido , a envoyé ce matin une lettre à Joaquim Forn pour l’informer que le gouvernement enverra des troupes de la Garde civile et de la Police nationale à la Catalogne avant les « manifestations tumultueuses » qui ont eu lieu depuis mercredi à la suite de l’arrestation de 14 positions élevées de la Generalitat. Mendez de Vigo a souligné après la réunion du Conseil des ministres que ce déploiement de la police vise à «assurer la sécurité de tous les Catalans».

 

 

Carles Puigdemont

La Generalitat de Catalogne, dont le président Carles Puigdemont a réaffirmé jeudi sa volonté d’organiser le référendum malgré l’opposition de Madrid, dispose de ses propres forces de police, les Mossos d’Esquadra, au nombre d’environ 17.000.

S’y ajoutent quelque 5.000 membres de la garde civile, une force de police à statut militaire, stationnés dans la région en temps normal. 

 

 

Le secrétaire d’État à la Sécurité, Diego Pérez de los Cobos, a déclaré que le gouvernement central entend appliquer l’article 46 de la loi organique des Forces et du Corps de sécurité de 1986.

L’intérieur souligne que les fonctions de ces unités mobilisées seront de surveiller l’espace public et le maintien de l’ordre et agiront au cas où le référendum illégal serait organisé, comme l’a ordonné le procureur supérieur de Catalogne.

Le Code pénal exige un soulèvement tumultueux pour appliquer le crime de sédition. 

«Les protagonistes de sédition sont ceux qui, sans être inclus dans le crime de rébellion, se lèvent publiquement et avec tumulte, pour empêcher, par la force ou hors des voies légales, la demande de lois ou toute autorité, société officielle ou fonctionnaire, l’exercice légitime de leurs fonctions ou l’exécution de leurs accords, ou des décisions administratives ou judiciaires « , a déclaré l’article.