Le Premier ministre palestinien se rend à Gaza pour des pourparlers de réconciliation

Rami Hamdallah, de l’Autorité palestinienne, pour faire suite aux concessions du Hamas pour mettre fin à une faille décennale avec le Fatah

 

Le Premier ministre palestinien, Rami Hamdallah, a l’intention de se rendre à Gaza pour des pourparlers après que le Hamas ait accepté de prendre des mesures pour résoudre un découpage d’une décennie avec son rival Fatah, basé à Cisjordanie.

 

 

Nabil Shaath, conseiller principal du président palestinien Mahmoud Abbas, a déclaré aux journalistes de la ville de Ramallah en Cisjordanie, que Hamdallah rencontrerait des représentants du Hamas dans la ville de Gaza et affirmerait le contrôle du gouvernement sur les ministères comme première étape vers la mise en œuvre d’un accord plus large.

« Nous attendons les premiers pas sur le terrain. Nous voulons voir Hamdallah reçu par le Hamas, la porte à tous les ministères ouverts », a-t-il déclaré. « Cela pourrait vraiment arriver dans les prochaines 24 heures ».

 

 

Le Hamas a annoncé dimanche qu’il avait accepté les demandes du parti Fatah d’Abbas de dissoudre ce qui est considéré comme une administration rivale à Gaza, tout en disant qu’il était prêt pour les élections et les négociations pour former un gouvernement d’union.

 

 

L’Autorité palestinienne  reconnue internationalement par Abbas, est située dans la Cisjordanie occupée par Israël, mais elle n’a eu aucun contrôle à Gaza depuis une décennie  après que le Hamas ait saisi le territoire dans une guerre civile proche en 2007.

Hamdallah n’a pas visité Gaza depuis 2015 et une tentative antérieure d’un gouvernement d’union s’est effondrée cette année-là, les deux parties échangent leurs accusations.

 

 

Le chef de la Ligue arabe a salué lundi les mesures prises par le Hamas et a appelé à une réconciliation complète.

 

Ahmed Aboul Gheit

Ahmed Aboul Gheit « se félicite des développements positifs importants » concernant « la fin de la division » entre les factions palestiniennes, a déclaré le porte-parole de l’organisation basée au Caire Mahmoud Afifi dans un communiqué.

 

 

Au cours des derniers mois, Abbas a cherché à presser le Hamas en réduisant l’approvisionnement en électricité de la bande de Gaza, les deux millions de résidents recevant seulement trois ou quatre heures d’électricité par jour en conséquence.

Abbas a également réduit les salaires de certains employés à Gaza, alors que le nombre de réfugiés palestiniens qui reçoivent des permis de séjour pour se déplacer pour soins médicaux a diminué.

Le Hamas a appelé lundi les mesures à renverser.

 

Shaath nabil

Dans un communiqué, le Hamas a appelé Abbas à «prendre des mesures urgentes pour annuler toutes ses décisions punitives et ses mesures contre notre peuple dans la bande».

Shaath a déclaré que Abbas voulait renverser les mouvements punitifs, mais il n’a pas donné de calendrier.

 

« Lorsque le président a appuyé ces mesures économiques [contre Gaza], il a déclaré qu’ils s’arrêteraient immédiatement une fois que la gouvernance de l’autonomie gouvernementale du Hamas prend fin et que le gouvernement de consensus aura lieu. Il n’a pas mis d’autres conditions que ce soit », a déclaré Shaath