LE MALI LUTTE CONTRE LE FINANCEMENT DU TERRORISME ET LA CONTREBANDE D’ARGENT LIQUIDE

La menace représentée par la criminalité transnationale organisée, le terrorisme, le trafic de drogue et d’autres crimes graves paraît souvent insurmontable.

 

Les réseaux illicites sont puissants et souples, et grâce à leur faculté d’adaptation et leur évolution, ils semblent toujours avoir une longueur d’avance sur les organismes d’application de la loi.

Les fonds et les infrastructures financières sont essentiels pour que la plupart des grands réseaux criminels et terroristes soient efficaces, mais les finances ne sont pas seulement une capacité critique, elles peuvent aussi constituer une vulnérabilité critique.

 

 

Dans ce cadre, l’ONUDC, avec le soutien de la Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières du Mali (CENTIF) et la participation de la Mission multidimensionnelle de stabilisation des Nations Unies au Mali (MINUSMA), a récemment organisé une formation en enquête financière en matière de lutte contre le financement du terrorisme, à Bamako du 7 au 10 août 2017.

Cet atelier avait pour but d’établir et entretenir un réseau d’experts spécialisés dans le démantèlement des réseaux terroristes.

 

 

L’objectif était d’établir des méthodes de lutte contre leurs financements mais aussi d’identifier les prochaines étapes de ce processus dans la région, et les informations nécessaires et actions envisageables dans ce domaine. 

Les participants ont confirmé l’importance capitale de cet exercice, permettant l’échange d’informations sur les thématiques régionales et une meilleure coopération future dans le cadre de la perturbation financière des réseaux terroristes.

 

 

 

Au cours de l’atelier, auquel ont participé 21 représentants de différentes autorités répressives et judiciaires du Mali, les experts ont introduit les concepts et suivi les structures exposés dans le manuel de perturbation financière de l’ONUDC.

Cet ouvrage rassemble les meilleures pratiques des Etats Membres afin de maximiser l’efficacité de la perturbation financière contre les réseaux criminels et terroristes.

 

 

 

 

Les concepts enseignés furent ensuite appliqués tout au long de la formation, grâce à l’utilisation d’un scénario fictif présentant les méthodes de financement d’un groupe terroriste. Bien qu’hypothétique, le scénario visait à illustrer les menaces actuelles de la région, et se précisait chaque jour de la formation afin de refléter le cycle propre à la collecte et l’analyse de renseignements opérationnels. 

Développé par le Programme global de l’ONUDC contre le blanchiment d’argent, les recettes du crimes et le financement du terrorisme avec le soutien de la CENTIF, la formation était organisée en coopération avec la MINUSMA pour promouvoir la stabilité dans le pays et soutenir les efforts de contre financement du terrorisme.