Irma se rapproche de l’arc antillais, la République Dominicaine en alerte rouge

L’ouragan IRMA ne s’est pas renforcé depuis cet après-midi dans sa progression vers l’Ouest. Il est donc toujours de catégorie 2 et se situe actuellement à moins de 1800 km des îles du Nord.

 

Selon toute vraisemblance, IRMA devrait suivre une trajectoire de composante Ouest-Sud-Ouest jusqu’à lundi en soirée tout en poursuivant son renforcement et ainsi redevenir un ouragan majeur de catégorie 5.

Saint Martin et st Barthélémy sont en plein sur la trajectoire de l’ouragan et l’alerte rouge est déjà activée sur ces îles.

Un recourbement de la trajectoire vers l’Ouest-Nord-Ouest est ensuite envisagé, faisant passer mercredi cet ouragan de catégorie 3 ou 4, à proximité du Nord de l’Arc Antillais (vent moyen près du centre proche de 200 à 220 km/h avec des rafales de l’ordre de 250 km/h).

 

L’ouragan majeur IRMA constitue  une menace directe pour les Iles du Nord et la Guadeloupe. Dans ce cas, il produirait probablement des conditions sévères sur la Martinique. La houle cyclonique d’Est à Nord-Est sera le premier signe de l’approche d’IRMA dans la journée du lundi 4 septembre.

Irma est toute proche des côtes de guadeloupe et la population est en alerte. Un ouragan de classe 5 est très dangereux.

La nette dégradation des conditions météorologiques devrait débuter dans la nuit du mardi 5 au mercredi 6 septembre. 

La République Dominicaine en alerte rouge.

Le Centre des opérations d’urgence (COE) a annoncé aujourd’hui des niveaux d’alerte rouge, vert et jaune pour l’ensemble du pays en raison de l’éminence du jeudi prochain de l’ouragan Irma de catégorie 5, qui aurait une incidence plus importante dans les provinces du nord-est de République Dominicaine.

Le général Juan Manuel Méndez, directeur du COE, a déclaré lors d’une conférence de presse que sur l’alerte rouge se trouvent :

 

La Altagracia, El Seibo, Hato Mayor, Samaná, Espaillat, María Trinidad Sánchez, Puerto Plata et Monte Cristi. Dans l’intervalle, en jaune: Dajabón, Santiago Rodríguez, Valverde, Monte Plata, Santiago, La Vega, Duarte, Sánchez Ramírez, Hermanas Mirabal, La Romana, Monseñor Nouel, San Juan, la province de Saint-Domingue et le District National. Les autres provinces restent en alerte verte. 

Avant les déclarations d’alerte du COE, le président Danilo Medina s’est réuni pour la deuxième fois avec les organismes de protection civile et de secours.

Certains ont déjà coordonné des actions avant le passage du phénomène puissant qui menace la zone côtière du pays. Le ministère des Travaux publics, par l’intermédiaire de la Commission militaire et de police, a renforcé les services d’assistance routière dans tout le pays.

 

 

Le ministre de l’Éducation, Andrés Navarro, a ordonné l’activation d’un plan d’urgence scolaire national pour atténuer et faire face immédiatement aux dommages qui pourraient être causés dans les écoles.

De même, l’Institut National des Ressources Hydrauliques (INDRHI) a ordonné que tous les réservoirs du pays soient drainés au minimum, dans le but de stocker les volumes d’eau qui peuvent quitter le cyclone tropical. 

Informé, en ce sens, que le barrage de Tavera supprimera 100 mètres cubes par seconde d’eau stockée, de manière à effacer tout type de peur dans ce sens. 

 

Concomitante avec le drain, on a établi 100 mètres cubes de terminaison, ce qui entraînera une génération constante du flux hydroélectrique et une préparation rapide avant l’arrivée du phénomène hydrométéorologique. 

Dans le réservoir de Valdesia, 44 mètres cubes par seconde sont retirés, dans une opération préventive qui laisse intacte la capacité de production et l’approvisionnement en eau pour la consommation humaine.