PAUL DUAN : LA DISRUPTION BIENVEILLANTE

Paul Duan avait fait un sans faute.

Des études à Sciences Po, un passage par Berkeley. A 20 ans, il était le premier data scientist chez Eventbrite, une startup en hypercroissance dans la Silicon Valley. Il était responsabilisé, sécurisé et payé 6 chiffres.

Mais quelque chose manquait.

 

J’ai grandi avec des problèmes de dépression. Je me suis toujours demandé à quoi je servais, quel était le sens de ma vie.

 

En 2015, il décide de chercher une réponse.

Il quitte Eventbrite et renonce au pont d’or. Avec un ami, ils créent Bayes Impact : une ONG qui utilise la technologie pour résoudre des problèmes de bien public.

Avec leur technologie, ils s’attaquent à des problèmes de service public aux Etats-Unis. Grâce à l’utilisation des données, ils améliorent le système ambulancier de la baie de San Francisco.

Mais ils font face à des résistances. Après plusieurs mois de travail, certains projets n’ont pas l’impact souhaité. Des décisions politiques viennent les bloquer et un projet tombe à l’eau. Paul se demande s’il a bien fait de tout risquer.

Je me suis dit c’est complètement impossible, c’est dur, je sais pas comment on fait, je vais me faire bouffer tout cru.

 

Et puis les planètes s’alignent.

Rentré en France pour refaire son visa, il participe à une conférence et évoque l’idée d’utiliser ses méthodes pour faire baisser le chômage. Les médias s’emballent, la sphère politique est conquise et Bayes Impact signe un partenariat inédit avec Pôle Emploi.

Pour la première fois, une administration collabore avec une startup dans une relation de confiance, d’égal à égal.

L’Etat donne à 5 personnes le pouvoir de changer la vie de millions. Et Paul parvient à convaincre des stars de la Silicon Valley de diviser leur salaire par 5 pour le rejoindre. Eux aussi choisissent le sens.

Aujourd’hui, Bob Emploi (le projet phare de Bayes Impact) accompagne des dizaines de milliers de chômeurs dans leur parcours professionnel. Paul crée lentement un nouveau mode de service public dans lequel des startups à but non lucratif collaborent avec l’Etat. Un genre de disruption bienveillante.

On a tous notre définition de l’impact.

Certains veulent toucher tout le monde, que ce soit énorme. D’autres veulent aider, quitte à commencer petit.

Il y a ce vrai truc qu’on a construit qui aide les gens, et ça c’est cool.

Quel que soit l’impact qu’on recherche. La bonne question à se poser n’est pas « Quoi? » mais « Pourquoi? ».

Moi, je pensais avoir fait un sans faute.

J’avais coché toutes les cases : j’avais fait HEC, j’étais enfin devenu un entrepreneur, j’avais signé des gros clients. L’argent rentrait et ma famille me disait bravo.

Mais quelque chose manquait.

Je me levais avec la boule au ventre. J’allais me coucher sans jamais trouver le sommeil. J’avais peur du matin et de devoir recommencer.

Je ne savais pas à quoi servait ma vie.

Je ne savais pas pourquoi j’étais entrepreneur. Je l’étais pour l’être, pour prouver. J’avais l’impression de n’aider personne et j’étais malheureux.

Aujourd’hui, je sais pourquoi je me lève.

Et quand je vois Paul, ses cernes et son t-shirt blanc de la veille, je me dis que lui aussi.