Le MOAS en méditerranée

Les épargnants MOAS font vœu de continuer la mission en mer, trois ans après.
Au troisième anniversaire depuis sa fondation, MOAS renouvelle son engagement envers sa mission humanitaire dans la mer Méditerranée. Trois années se sont écoulées depuis le 30 août 2014, lorsque l’idée d’un couple philanthrope italo-américain a été lancée ici de Malte: l’Aide au Migrant Offshore Station (MOAS) a poursuivi son premier sauvetage d’un groupe de migrants et de réfugiés en Méditerranée.

 

La première initiative privée de recherche et de sauvetage en mer, MOAS a été fondée dans le but d’atténuer les pertes de vie en mer et d’attirer l’attention de la société civile européenne sur la crise humanitaire qui a consommé la Méditerranée.

Il est devenu un modèle pour de nombreuses autres organisations et citoyens privés, motivé par sa conviction fondamentale que «personne ne mérite de mourir en mer». En trois brèves années, MOAS a sauvé plus de 40 000 personnes dans les mers de la mer Égée et de la Méditerranée centrale.

Il a engendré une raison pour que tant d’autres ONG et organisations privées lancent leurs propres missions de sauvetage, mais un certain nombre d’entre elles ont accosté à Malte sous la menace d’une représailles libyenne alors qu’une garde côtière nationale a pris le contrôle des eaux au-delà de son contrôle territorial.

Le MOAS a été la première organisation de recherche et de sauvetage à signer un «code de conduite» proposé par le gouvernement italien le 31 juillet.

« MOAS a signé ce document en solidarité avec le gouvernement italien et son peuple, les seuls en Europe qui se sont engagés chaque jour à permettre à des organisations comme la nôtre de remplir notre mission humanitaire« , a déclaré le fondateur Christopher Catrambone le jour où MOAS a signé le code.

La nécessité d’être présent en mer afin d’aider les migrants et les demandeurs d’asile en Méditerrané, qui continue d’être la frontière la plus dangereuse au monde, a également incité la décision de MOAS de ne pas suspendre ses opérations, mais plutôt de continuer comme toujours Fait dans ces trois années.

« La Méditerranée a toujours été un environnement imprévisible et dangereux, et le climat n’a certainement pas changé maintenant », a déclaré le fondateur et directeur de MOAS, Regina Catrambone.

« C’est pourquoi MOAS a toujours pris les précautions nécessaires et les professionnels et les experts employés dans le domaine de la recherche et du sauvetage; Et c’est pourquoi nous ne pouvons pas nous permettre d’arrêter nos opérations, maintenant plus que jamais; Alors que nous discutons de ce qu’il faut faire pour bloquer les flux ou éviter les débarquements, il y a ceux qui continuent de risquer leur vie en mer « .

Au cours des derniers jours, MOAS a continué à mener plusieurs sauvetages, aidant un dériveur en caoutchouc transportant 111 personnes le 15 août et deux autres navires migrateurs gonflables pour un total de 235 personnes le 17 août.

Ces deux dernières opérations de sauvetage ont été menées sous la coordination de MRCC Rome et Tripoli.

MOAS est conscient que les opérations de recherche et de sauvetage maritimes ne sont pas la solution au phénomène migratoire de masse actuel.

Cependant, l’organisation est déterminée à faire de son mieux pour poursuivre ses efforts humanitaires tant qu’il y a des personnes si désespérées pour continuer à risquer leur vie sur ces soi-disant «décès».

MOAS continue de faire appel aux autorités européennes pour la création de couloirs humanitaires comme alternative juridique et sécuritaire pour ceux qui sont les plus vulnérables et à la recherche d’asile internationale.