La Russie interdit les Témoins de Jéhovah considérés comme extrémistes

L’organisation avait déjà opposé son veto à la fin Avril après une demande du ministère de la Justice

 

La Cour suprême russe a confirmé lundi l’interdiction des Témoins de Jéhovah, contre l’appel qu’avait présenté l’organisation, que le pays a considéré comme une secte extrémiste. « La Cour suprême russe a décidé de rejeter l’appel de l’organisation contre son interdiction, » il a jugé la décision de la Haute Cour citée par l’agence publique RIA Novosti.

 

À la fin Avril, les témoins de jehovah avait été interdits en Russie pas la cour suprême , suite à une demande du ministère de la Justice qui avait observé dans ce mouvement millénariste « des signes d’activité extrémiste ». 

Cette décision de justice a ouvert la voie à la liquidation de 395 communautés locales de  témoins de Jéhovah sur le territoire russe, où l’organisation affirme avoir 175.000 membres, et la confiscation de leurs biens.

 

« Bien que nous nous attendions à une décision négative, cela a été très décevant. » Avec ces mots a réagi lundi le porte-parole international pour les Témoins de Jéhovah, David A. Semonian, par un communiqué « Nous ne pouvons qu’espérer que règne une juste appréciation des faits et que notre droit de pratiquer légalement en Russie doit rétabli », a ajouté Semonian. Le porte-parole du groupe en Russie, Iaroslav Sivulsky, a déclaré que « la liberté religieuse en Russie est terminée. »

 

 

La Cour européenne

« Ce n’est pas encore la fin », a déclaré quant à lui l’avocat de Jéhovah de témoins, Viktor Jenkov cité par l’ agence Interfax nouvelles agence. « Nous allons faire appel de cette décision devant la cour européenne des droits de l’homme », a-t-il souligné.

 

Les Témoin de Jéhovah, une organisation fondée en 1873 aux États-Unis par Charles Russell. Mais aux yeux de la puissante Eglise orthodoxe russe c’est un culte, en particulier en raison de l’interdiction des transfusions sanguines suivies par ses membres.

La Russie avait déjà ordonné la dissolution d’une branche des Témoins de Jéhovah en 2004. Cette décision a été considérée comme « injustifiée » par la Cour européenne des droits de l’homme, qui a condamné le pays à payer 70.000 euros de dommages et intérêts en 2010 pour  ce cas. Pendant le régime stalinien, ils ont été interdits et des milliers de ses membres déportés en Sibérie.

source el pais