RUSSIE : grand rassemblement contre la rénovation du parc immobilier à Moscou

14 mai 2017

Plusieurs milliers de moscovites sont descendus dans la rue dès aujourd’hui pour protester énergiquement contre les expulsions qui vont avoir lieues prochainement. Quelle en sont les raisons ?

La mairie de Moscou, soutenue par le kremlin, a décidée de réhabiliter la ville en construisant de nouveaux logements afin de raser les anciens. La population revendique le droit de continuer d’occuper leurs logements, car ils estiment qu’il ne sont pas dans un état de délabrement aussi avancé qu’on veut leur faire croire. Ce grand plan d’urbanisme ne satisfait pas tout le monde et porte atteinte selon les moscovites, à leur liberté de propriété privée.

Une liste a été dressée sur laquelle figure les immeubles qui seront évacués et vidés de toute occupation. Ensuite il seront livrés aux bulldozers  pour achever le travail. On ignore le nombre exact de manifestants, mais on peut penser qu’il y en a entre 10 000 et 30 000 dans la rue ce dimanche 14 mai.

L’opposant Alexeï Navalny

L’opposant Alexeï Navalny s’est rendu sur place mais a été emmené par la police hors de la manifestation.  Le projet du maire Sergueï Sobianine, ancien directeur de cabinet de Vladimir Poutine, de raser plus de 4.000 immeubles datant de la période soviétique, ne fait pas l’unanimité.

De nombreux moscovites vivent dans des quartiers tranquilles et vont se faire expulser vers d’autres lieux moins agréables.

Sergueï Sobianine maire de Moscou

Le plan de rénovation enfreint la Constitution car cela profite aux promoteurs immobiliers et aux autorités qui vont toucher d’énormes commissions, rétorquent les manifestants.

Surnommés les « Khrouchtchevki » parce que construits à l’époque où Nikita Khrouchtchev dirigeait l’Union soviétique, dans les années 1950 et 1960, ces immeubles sont représentatifs des banlieues de Moscou, mais aussi dans plusieurs villes russes où ils ont permis de résoudre la crise du logement que connaissait alors le pays.

 » Nous ne pouvons pas comprendre, notre maison est sur la liste »

se plaint une femme âgée qui manifeste. L’opposition a fait nouer des rubans blancs sur les sacs des manifestants pour montrer leur opposition à un programme imposé par la municipalité.

« Immeuble de cinq étages de 1930. Pas d’ascenseur. Démolir « 

 , voit-on sur l’affiche d’un vieil homme.

Les petits immeubles qui seront démolis, vont être remplacés par d’autres avec plus d’étages pour tenter de régler le problème de demandes de logements qui ne cesse de grimper à Moscou.