Les moto conchos Haïtiens protestent contre les règlements

11 mai 2017
REPUBLIQUE DOMINICAINE
  • A la frontière avec Dajabon l’utilisation de motoconchos pour le transport de passagers crée des tensions entre les communautés.

Dajabón

Les Haïtiens motoconchos qui se consacrent aux transports en commun à Dajabón, ont protestés hier dans leur communauté de Juana Méndez, en raison des réglementations imposées par les autorités Dominicaines.

Ces règlements ont été adoptés après des menaces de motoconchos dominicains dans cette ville pour protester, en raison de l’incursion irrégulière des dizaines de transporteurs haïtiens engagés pour les transports en commun dans le pays.

Plus de 300 Dominicains motoconchos se sont réunis et ont menacé d’organiser des manifestations en ville si les normes ne sont pas respectées par les  Haïtiens traversant le territoire Dominicain pour engager les transports publics.

Miguel Cruz, maire de Dajabon

Avant cette décision, le maire de Dajabón Miguel Cruz, ainsi que les autorités de l’immigration et du Corps de la sécurité des frontières spécialisés au sol (Cesfront), ont commencé hier à exiger des documents aux  motoconchos haïtiens qui entrent chaque jour sur le territoire Dominicain pour se livrer à cette activité .

Le conseil local a justifié cette mesure, affirmant que cela chercherait à réduire les accidents causés par les motoconchos  Haïtiens à Dajabon. Cela a mis en colère les syndicats et les transporteurs haïtiens de motoconchos.  Juana Méndez a protesté contre et empêché le passage des haïtiens sur son territoire, mais plus tard, la situation a été normalisée.

Juana Méndez Magistrat de la cour suprême

Les syndicats qui rassemblent les motoconchos de Dajabón ont rapporté que les Haïtiens provoquent une concurrence déloyale, et sont parqués dans des arrêts de bus pour embarquer des passagers, la plupart du temps de leur pays et transportés vers leur destination à la fois en République dominicaine et en Haïti. Il y a aussi des Dominicains qui utilisent ces services parce qu’ils facturent un taux légèrement inférieur, mais ils ignorent le danger auquel ils sont exposés, parce qu’ils traitent avec des transporteurs inconnus.

La Fédération motoconchos de Dajabón a dit que les Dominicains sont organisés, contrôlés et tout le monde sait où ils vivent, mais les Haïtiens ont un casier et des documents de bonne conduite que de leurs autorités.

motos conchos